J’aime pas les femmes

 
GRAPHISTE-FORMATEUR
AFFICHES-INVITATIONS / 2009-2011

 
J'AIME PAS LES FEMMES (film) 
"Comment savoir si nous sommes discriminées en tant que femme ou en tant que black ou beure ou en tant que jeune ou en tant que… Comment savoir si on n'a pas eu un appart à cause de la couleur de notre peau, ou parce qu'on est jeune ? Comment savoir si on n'a pas eu le job parce qu'on est une femme ? Comment faire pour montrer ces situations avec une caméra ?" Au départ, c'était sur les discriminations que nous voulions travailler. "Mais être discriminées en cochant tellement de cases à la fois ça ne donne pas envie, ça fait victimes sans rien pouvoir faire, parce que si on devait agir ce serait toute la journée, ça prendrait un temps fou, ça coûterait trop d'argent. Tandis que montrer que les femmes sont gommées de l'histoire, gommées dans notre façon d'écrire, que les mêmes scénarios se répètent à longueuer de siècles, qu'on flippe chaque fois qu'on se retrouve dans un parking, que nous les femmes on peut être pire que les bonshommes entre nous, ça oui on peut le montrer et on peut le changer."
Après six mois de rencontres, de débats sur la situation des femmes et plus particuliérement des jeunes, les résidentes nous montrent à quoi elles sont confrontées : la violence, la peur, l'oubli. Mais elles prouvent aussi qu'on peut agir sur sa vie, agir sur les habitudes pour les changer, rompre avec le fatalisme. Elles ont écrit les scénarios, joué la comédie et en quatre courts métrages elles ont changé le regard qu'elles avaient sur elles-mêmes quand elles affirmaient "j'aime pas les femmes".
 
CITOYENNE ? J'M'EN FOUS ! (théâtre) 
Le FIT a répondu à un appel à projet du Conseil Régional d'Île-de-France sur la citoyenneté avec un titre provoquant : citoyenne ? J’m’en fous ! Pourtant les jeunes femmes que nous hébergeons font de la citoyenneté sans le savoir, chaque jour. Elles luttent, résistent, partagent, sont solidaires, refusent la fatalité et la résignation. C’est la raison pour laquelle nous souhaitions qu’elles travaillent dans le cadre d’un théâtre forum pour que nous nous retrouvions toutes et tous spect-actrices, spect-acteurs dans cette grande question qui traverse notre société : vivre ensemble. Elles nous montrent et nous pouvons montrer que vivre ensemble, oui c’est possible, même si ce n’est pas tous les jours facile !
 
UNE FILLE COMME MOI (film) 
Prendre la parole, la donner, la libérer, la faire circuler, se regarder, s’écouter, puis regarder les autres, les écouter, prendre conscience, sortir du « je », fabriquer du « nous », cicatriser hier, construire demain en ayant appris à dire non ensemble, c’est ainsi que des résidentes du FIT ont écrit ce documentaire. Telles des journalistes, elles se sont prêtées au jeu des débats, des grilles d’interview à construire, des rendez-vous à prendre. Elles ont appris, à filmer, prendre le son, cadrer et éclairer. Elles ont témoigné, fait témoigner. Après plusieurs mois de travail en ateliers, celles qui n’ont jamais la parole l’ont prise et l’ont donnée, surprenant chaque fois leurs interlocutrices par leur énergie de vie, par leur lutte acharnée contre la victimisation, par leurs actes qui font d’elles des résistantes à l’oppression. Elles ont voulu dire qu’elles sont la relève, celle qui n’acceptera plus la torture, l’infamie, la soumission. Elles ont conclu « aujourd’hui, moi, je suis féministe ».
 
FIT une femme un toît est une association loi 1901, qui place au cœur de son action les jeunes femmes accueillies en les accompagnant vers l’autonomie, la responsabilisation, l’accès à la citoyenneté par la prise de conscience, le dialogue, le débat. Elle décline sa stratégie par un hébergement par étapes et un accompagnement éducatif diligenté par des professionnels de l’action sociale.